mercredi 30 septembre 2009

De ma vie, de ma mort.



NAISSANCE



Je plane doucement, frêle esquif ballotté en ton sein, ceint de moiteur.
Recroquevillé sur moi-même en mon cocon………Mon œuf cosmique.
Devant moi, une lueur. Elle me fascine.
Je me sens papillon attiré par une flamme.
Je vais à la découverte d’une autre planète autre que mon vide sidéral.
Mon âme fend cette atmosphère où je suis expulsé…………Je tombe.
Je suis surpris de la violence du mouvement. Il n’y a plus…de portance.
La gravité m’appelle.
Je quitte mon espace aqueux pour le vôtre ; éthéré.
Il y fait chaud, vaporeux, c’est désagréable.
J’étouffe……………. M’asphyxie.
Que se passe-t-il ?
Il me faut de…l’air.
Je me débats…………. Me démène.
J’émerge enfin dans ce monde inconnu.
J’avale une énorme goulée d’air, et soulagement, j’arrive à prendre pied dans ce nouvel univers.
Je respire !
J’éprouve d’abord un sentiment de panique, puis la sensation devient presque agréable.
Je vide mes poumons, les emplies d’air à nouveau.
Aspiration, expiration. Mes poumons se gonflent comme le soufflet de la forge.
L’air, cette drogue originelle dont il vous est impossible de vous passer.
J’ouvre les yeux mais n’y vois pas grand chose, tout est flou autour de moi, je perçois des sons inaudibles pour moi, une certaine agitation, dont je ne suis coutumier.
Désormais ; je suis « Humain « .

Bernard WERBER "Nous les dieux"

2 commentaires:

  1. Merci pour ce beau texte, en appesanteur...
    Quelle douleur que celle de naître, mais quel miracle aussi!...
    L'Humanité est-elle ce monstre qu'a engendré la Terre et qui se retourne contre elle?
    Bisou
    Ondine

    RépondreSupprimer
  2. Ça donne envie de lire la suite du premier volume de nous les Dieux. Enfin, j'espère...
    Merci Philippe pour cet extrait.

    Merci Werber pour son esprit et sa réflexion !!

    Bisou

    Val

    RépondreSupprimer