vendredi 11 septembre 2009

Je, François Villon



Cet homme est peut-être né le jour de la mort de Jeanne d'Arc. On a pendu son père et supplicié sa mère. Il a appris le grec et le latin à l'université de Paris. Il a joui, menti, volé dès son plus jeune âge. Il a fréquenté les miséreux et les nantis, les étudiants, les curés, les prostituées, les assassins, les poètes et les rois. Aucun sentiment humain ne lui était étranger. Des plus sublimes aux plus atroces, il a commis tous les actes qu'un homme peut commettre. Il a traversé comme un météore trente années de l'histoire de son temps et a disparu un matin sur la route d'Orléans. Il a donné au monde des poèmes puissants et mystérieux, et ouvert cette voie somptueuse qu'emprunteront à sa suite tous les autres poètes : l'absolue liberté. .


Ballade de bon conseil

Hommes faillis, bertaudés de raison,
Dénaturés et hors de connoissance,
Démis du sens, comblés de déraison,
Fous abusés, pleins de déconnoissance,
Qui procurez contre votre naissance,
Vous soumettant à détestable mort
Par lâcheté, las ! que ne vous remord
L'horribleté qui à honte vous mène ?
Voyez comment maint jeunes homs est mort
Par offenser et prendre autrui demaine.

Chacun en soi voie sa méprison,
Ne nous vengeons, prenons en patience ;
Nous connoissons que ce monde est prison
Aux vertueux franchis d'impatience ;
Battre, rouiller pour ce n'est pas science,
Tollir, ravir, piller, meurtrir à tort.
De Dieu ne chaut, trop de verté se tort
Qui en tels faits sa jeunesse démène,
Dont à la fin ses poings doloreux tord
Par offenser et prendre autrui demaine.

Que vaut piper, flatter, rire en traison,
Quêter, mentir, affirmer sans fiance,
Farcer, tromper, artifier poison,
Vivre en péché, dormir en défiance
De son prouchain sans avoir confiance ?
Pour ce conclus : de bien faisons effort,
Reprenons coeur, ayons en Dieu confort,
Nous n'avons jour certain en la semaine ;
De nos maux ont nos parents le ressort
Par offenser et prendre autrui demaine.

Vivons en paix, exterminons discord ;
Ieunes et vieux, soyons tous d'un accord :
La loi le veut, l'apôtre le ramène
Licitement en l'épître romaine ;
Ordre nous faut, état ou aucun port.
Notons ces points ; ne laissons le vrai port
Par offenser et prendre autrui demaine.

°koukou42°

3 commentaires:

  1. Comme quoi Mylène n'a pas inventé grand chose dans ses écrits LOL

    Sinon la vie de ce poète me rappel le roman " le parfum" je sais pas si tu connais, mais moi je l'ai adoré et lu 2 fois!
    Je te le conseil

    Bises

    Niko

    RépondreSupprimer
  2. François Villon ou la vie tumultueuse d'un poete qui vécu six vies en une (assé courte d'ailleur)

    Autant de d'expériences des meilleurs aux plus inavouables qui lui permettera de composer ses poemes mais qui le mena a la potence

    La fureur de vivre avant l'heure...somme toute un homme qui a brulé savie par les deux bouts

    Bise,Sébastien

    RépondreSupprimer
  3. Bizare, oui, le résumé me fait penser à Jean-baptiste grenouille, ( du parfum comme le cite Niko ) peut-être pour le côté miséreux et misérables, mais son essence à lui - François Villon a été faite de mots... De maux... Assassins également.
    Longue vie aux maudits !
    Un précurseur...

    Bisou
    Val

    RépondreSupprimer