jeudi 10 septembre 2009

La sieste.



Et je m’endormais au soleil
Dans le bourdonnement des abeilles
Après avoir bu une bouteille
Du bon jus que l’on tire de la treille

J’étais dans les bras de Morphée
Et c’est de toi, que j’ai rêvé
De toi, l’homme qui est sans visage
Qui passera dans mon sillage.

°koukou42°

2 commentaires:

  1. Quel beau rêve!...Je suis sûre qu'il se réalisera pour toi...
    Bisou
    Ondine

    RépondreSupprimer
  2. Et parfois les reves deviennent réalités...

    Il faut simplement y croire bien fort

    Bisous Philippe,Sébastien

    RépondreSupprimer