vendredi 12 février 2010

La ouate.





Recouvrant tout de ouate blanche
La neige pare les noires branches
Rendant doux les paysages
Les vallons, les montagnes et les plages
Elle rend la ville moins agressive
La rendant soudain lascive
Cachant pour quelques temps ses défauts
Attendrissant pour un temps nos maux.

Un ange s’ébroue : il neige.

°koukou42°

3 commentaires:

  1. Quelle douceur dans ce poème!...Oui la neige étend sur toute chose son manteau de pureté et de silence...et la rend belle...
    Merci Philippe
    Je te souhaite une merveilleuse Saint-Valentin!

    RépondreSupprimer
  2. De troutes les matières...c'est la ouate qu'elle...
    Bisous,
    Serge.

    RépondreSupprimer
  3. Il est vrai que ce "manteau blanc" recouvre magnifiquement le paysage lui donnant un autre aspect...

    Bien que nous soyons adultes nous restons toujours fascinés par ce cadeau de la nature

    Bisous Philippe

    Sébastien alias Pegase

    RépondreSupprimer