jeudi 22 décembre 2011

Rodéo.



Comme le père noël sur son traîneau
Lançant à tue tête ; Taïaut, Taïaut
Le cerveau éclaté comme une fleur
Gilles, hilare sur son aspirateur
Qui, soit dit en passant est collector
Fait, avec lui un drôle de corps à corps.

Il est assis à califourchon
Tenant à deux mains le long flexible
Traquant toutes les poussières et moutons
Cherchant à atteindre ses cibles.

Soudain, se cabre l’aspirateur
Ruant de façon frénétique
Tel un cheval ayant eu très peur
Retenu par son fils électrique.

Par la secousse soudainement faites
Notre Gilles fût bien désarçonné,
Roulât à terre, se cognant la tête
Et se trouvant fort désappointé.

Titubant, se levant avec peine,
Jetant un regard plein de haine
Sur l’engin, éteint, à l’agonie,
Couché sur le flan, inerte, sans vie.

Le corps encore chaud, cassé en deux
Le sac à poussière tout éventré
Les entrailles fumantes sur le plancher
Ci-gît l’animal impétueux.

Gilles c’est pris pour le pieu Saint-Georges
Chevauchant par monts et par gorges
Sur son beau destrier marron
Voulant terrasser le dragon.

(A Gilles) mai 2004.

°koukou42°

3 commentaires:

  1. Ce texte est le fruit d'une soirée entre cousins/cousines. D'un délire épique comme savent le faire les grands enfants que nous sommes.

    RépondreSupprimer
  2. Drôle de chevauchée :)
    Moi aussi j'ai fait mon rodéo de Noël pour terrasser la poussière et accueillir bientôt la nouvelle Année!
    Merci Philippe pour cet amusant poème
    Bisou et bonnes fêtes encore
    J'adore les kakis :) Quelles jolies décorations naturelles

    RépondreSupprimer
  3. bonjour Philippe

    bien fait rire ce poème rempli d'humour

    me voici revenue en pleine forme (rires)

    bonne soirée

    un sourire de Line

    RépondreSupprimer