mercredi 10 avril 2013

Vitrail.


Cette verrière a vu dames et hauts barons
Etincelants d'azur, d'or, de flamme et de nacre,
Incliner, sous la dextre auguste qui consacre,
L'orgueil de leur cimiers et de leur chaperons ;


Lorsqu'ils allaient, au bruit du cor et des clairons,
Ayant le glaive au poing, le gerfaut ou le sacre,
Vers la plaine ou le bois, Byzance ou Saint-Jean d'Acre,
Partir pour la croisade ou le vol des hérons.


Aujourd'hui, les seigneurs auprès des châtelaines,
Avec le lévrier à leur longues poulaines,
S'allongent aux carreaux de marbre blanc et noir ;


Ils gisent sans voix, sans gestes et sans ouïe, 
Et de leurs yeux de pierre ils regardent sans voir
La rose du vitrail toujours épanouie.


José Maria de Heredia (1842 - 1905).


°koukou42°




5 commentaires:

  1. J'aime beaucoup le poème que tes photos magnifiques ont bien illustré. Le gisant est superbe.
    Belle soirée, bises Philippe

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aimais le texte et les photos ce sont imposées d'elles même.

      Philippe.

      Supprimer
  2. très joliment conté par ce poète cet endroit est beau et les gisants me font penser à la Basilique de Saint Denis
    bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet Raymonde, les gisants sont bien de la Basilique Saint-Denis que nous avons visités en 2010 et les vitraux d'Alise Ste Reine, d'Avallon et de Chartres.


      Philippe.

      Supprimer
  3. Quelle merveilleuse harmonie de ces somptueux vitraux et de ce magnifique poème
    Merci Philippe
    Bisou

    RépondreSupprimer