mercredi 28 juin 2017

Intrusion.



Après un beau jour musée
En cette fin août deux mille seize
Rentrant en ma maisonnée
Ma vie fut for en déroute

Sitôt que je fus rentré
Je ressenti un malaise
Les portes fermées à clefs
Ne l’étaient plus. J’eus un doute.

Affaires sens dessus dessous
PC neuf et tablette
Montre, bijoux or et argent
Tout m’avait été ravi

Larmes rendant mon regard flou
Coi, colère muette
Statiques et les bras ballants
J’en restais abasourdi. 

°koukou42°   

vendredi 15 juillet 2016

Echappée belle.Fontainebleau. (fin).

...

Samedi 08 mars 2014.

En ce nouveau, jour et après une grasse matinée, nous retournons au château afin de faire une visite guidée.

Nous commençons par : Le salon et le musée chinois de l’Impératrice (1863).

Nous traversons le salon de l’impératrice Eugénie qui étaient destinés à la détente et aux soirées intimes de la Cour et qui donne sur l'étang aux carpes


puis pénétrons dans le musée chinois.


Créé par l’Impératrice Eugénie au cœur du Gros Pavillon.

Elle y fit disposer selon le goût de l’époque de remarquables collections d’objets d’art d’Extrême-Orient,

provenant de campagnes militaires de son mari, Napoléon III, ou de cadeaux de l'ambassade de Siam.  



Nous aperçevons également le salon des laques.

Puis le cabinet de travail de Napoléon III.

Nous montons dans les combles où se situe les appartements des invités.

Grandes pièces avec coin salon,

lit en alcôve et petite pièce pour la toilette.


Ainsi se termine en cette fin de matinée ces deux jours passé en ce château si riche d'Histoire.

Nous allons déjeuné au restaurant "Le potager de Paul & Louis" avant de reprendre la direction de Paris afin de d'y prendre notre train pour Lyon.




°koukou42°











  


lundi 11 juillet 2016

Echappée belle. Fontainebleau. (13).

...

Le Parc :
Création d'Henri IV qui y fit mettre en eau le canal en 1609.

On peut imaginer l'éclat de cette nouveauté, précédant de soixante ans le Grand Canal de Versailles.

 Le grand parterre :
Créé sous François Ier, retracé sous Henri IV, il a été redessiné par Le Nôtre.

 Les bassins du Tibre et de Romulus d'après l'antique, les orna successivement au 16ème et au 17ème siècle.

Fondu à la Révolution, le Tibre, moulé à nouveau d'après l'original (au Louvre), a retrouvé la place que Louis XIV lui avait assignée.

Au milieu de l'étang aux carpes,

s'élève un pavillon édifié sous Henri IV en 1662, reconstruit par Louis XIV et restauré par Napoléon Ier. On y servait la collation.

La grotte du Jardin des Pins :
Rare ouvrage de gresserie caractéristique du goût pour les nymphées et les architectures « rustiques » régnant encore à la fin du règne de François Ier, sous l'influence de l'Italie

Les arcades à bossages soutenues par des atlantes monstrueux ouvrent sur une grotte autrefois décorée de fresques.


Le jardin anglais :
II a été créé en 1812 sur l'emplacement de jardins anciens, dont le Jardin des Pins, modifiés sous Louis XIV.


Ainsi se termine cette journée riche en découverte.

Nous allons dîner puis nous passerons un moment de détente dans le salon de l'hôtel devant la cheminée avant une bonne nuit réparatrice.


...

°koukou42°


  




  

  

jeudi 7 juillet 2016

Echappée belle. Fontainebleau. (12).

...

Nous retraversons le jardin de Diane :

Créé par Catherine de Médicis, le jardin de la Reine, tracé à la française, fut aménagé par Henri IV et fermé au Nord par une Orangerie. Au XIXème siècle l'Orangerie fut abattue et le jardin transformé dans le goût anglais.  

Au centre, l'élégante fontaine de Diane (1603) a survécu à cet avatar. Elle a retrouvé son aspect primitif : les quatre chiens de bronze ont quitté le Louvre et sont revenus s'asseoir au pied de la déesse de la chasse.  

Nous allons déjeuner au restaurant Villa Tokyo avant d'aller nous reposer à notre hôtel.

En milieu d'après midi nous allons découvrir plus en profondeur les extérieurs du château.

La cour de la Fontaine :  



Emménagée au début du XIXe siècle, la fontaine, ornée d’une statue d’Ulysse (1812), a donné son nom à cette cour où l’on puisait l’eau pour le roi.

La cour ovale est la plus ancienne.

Elle est sans doute située sur l'emplacement de la cour du premier château de Fontainebleau.

Les façades qui l'entourent datent du XVIe et XVIIe siècle.



Elle donne sur la Cour des Offices par la porte du Baptistère


et vers la cour de la Fontaine en franchissant la porte Dorée (1528) décorée par le Primatice.


La cour des offices :
Construite sous Henri IV au début du XVIIe siècle, la cour des Offices servait surtout pour les besoins domestiques, elle était utilisée par le personnel du château (cuisines) et les officiers (logements). Elle servait d’entrée depuis la ville. Cette cour est actuellement inaccessible subissant d'importants travaux de restauration.


...


°koukou42°

  




  


jeudi 30 juin 2016

Echappée belle.Fontainebleau. (11).

...

Nous descendons pour admirer la chapelle de la Trinité.

Il existait déjà un couvent de Trinitaires (ou Mathurins) installé par Saint-Louis à l'emplacement de la chapelle de la Trinité. Elle en a conservé le nom en hommage à ces religieux. Rattachée au domaine royal par François 1er, elle est reconstruite sous Henri II puis décorée par Henri IV et Louis XIII dans le style caractéristique de la Seconde Ecole de Fontainebleau.


On remarquera la voûte réalisée par Martin Fréminet évoquant la Rédemption de l’Homme.

 Louis XV se maria dans ces murs et Napoléon III y fut baptisé en 1810.

Nous avons voyagé toute cette matinée en divers siècles d'Histoire. Il est temps d'allez nous sustenter en découvrant un peu plus l'escalier en fer à cheval  


et la cour du cheval blanc où cour des Adieux depuis le départ pour l’île d’Elbe de Napoléon Ier le 20 avril 1814.

Fermée sur trois côtés depuis la destruction de la quatrième aile

et la création d’une grille en 1809-1810,


Elle est bordée au nord par l’aile   des Ministres (vers 1530),

à l’est par le jeu de Paume (XVIIe et XVIIIe siècles).

Construite sous Henri IV la salle du jeu de paume est reconstruite en 1732, après qu’un incendie la ravage en 1702. À nouveau restaurée en 1812, elle conserve presque toutes ses infrastructures anciennes

et l’aile de l’escalier en fer à cheval rythmée par cinq pavillons dont la construction s’étale du XVIe au XIXe siècle.

Au sud, le Gros Pavillon de Gabriel (1750)  

se prolonge par l’aile Louis XV (1739-1740 et 1773-1774).


...

°koukou42°